Café du cycliste

Il était une fois sur les quais du port de Nice, trois collaborateurs désireux de réinventer le style du cycliste. Exit le maillot uo au look coureur du Tour de France, bienvenues aux lignes tendances tout en mettant en avant des propriétés techniques et performantes.
L’idée novatrice a germé il y a 5 ans entre Rémi Clermont et André Stewart à Châteauneuf de Grasse. La marque, baptisée « Café du Cycliste », invente une nouvelle façon de vivre le cycle. La première pièce, un maillot au style sobre, s’est vendue sur le net. « Très vite, la griffe a pris de l’ampleur et a été distribuée dans des boutiques spécialisées, notamment en Angleterre, en Allemagne et en Scandinavie », explique le chargé de développement, Philippe Mediavilla. « La culture du vélo est très différente de la France en Angleterre, elle est en pleine expansion depuis 10 ans ». Ce commerce de niche béné cie d’un franc succès : « Une ligne de vêtements pour hommes et femmes qui combinent l’élégance, le style avec des tissus de qualité protégeant du froid, de la pluie, du vent, de la transpiration… ». Les coupes sont également adaptées à la pratique du vélo et le moindre détail est pensé et conçu. Des vêtements aux accessoires, la singularité et l’inventivité sont primordiales. Avec aujourd’hui, deux collections par an, « Café du Cycliste » se décline en deux gammes « Sur le Bitume, pensé pour la performance et Sur le Zinc, une version urbaine qui s’adapte aux virées citadines », entonne Philippe Mediavilla.

Depuis juin 2015, la marque possède son ef au 16 quai des Docks. Un lieu typique installé dans les 300 m2 de l’ancienne galerie Maud Barral. Le principe de ce concept store ? Allier autour de la simplicité et le plaisir du vélo : un café, où la qualité des produits locaux est de mise, une boutique, un atelier de réparation et d’entretien et la location. Des tours sont également organisés à destination de la clientèle étrangère mais aussi des locaux, ainsi que des packages d’entreprise. « Nice est un lieu de destination idéal : des routes mythiques, des milliers de kilomètres à explorer, en bord de mer et dans l’arrière pays, ainsi que des conditions météorologiques exceptionnelles ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.