Christopher Bouancheaux

Dans un jardin suspendu de fleurs et d’arbres flottant dans l’espace, l’artiste végétal Christopher Bouancheaux développe un univers onirique et surprenant. Cet art s’inspire du kokedama, une technique « découverte il y a deux ans », née au début des années 90 au Japon. Le principe : extraire la plante de son traditionnel pot pour la laisser évoluer dans un sphère de mousse. Une sensation aérienne ayant l’avantage d’avoir des plantes dans de petits espaces sans occuper la surface au sol. « Un cocon graphique et original qui promet de multiples possibilités de créations », confie le metteur en scène végétal.

.

À l’origine graphiste, une reconversion professionnelle l’encourage à choisir une voie en adéquation avec ses envies et ses sensibilités. Proche de la nature, Christopher obtient en 2004 un brevet professionnel de travaux paysagers. Le jardinier se met à son compte et poursuit petit à petit une évolution professionnelle vers le domaine artistique. Grâce à l’art du kokedama, il allie « la rigueur japonaise minimaliste tout en y apportant une folie occidentale ». « À l’image de Fedor van der Valk l’un des artistes végétaux qui a le plus de talent dans cet art là », Christopher Bouancheaux anime sa passion en privilégiant la mise en scène d’espaces « à la demande des clients » : « Je n’ai pas envie de mettre des plantes sur un catalogue. L’installation végétale suggère un potentiel énorme en termes de réalisations et de créativité ».

.

Hibiscus, camélias, fougères, orchidées sauvages, plantes grasses… Méticuleux, le designer s’attache à réaliser « des sphères 100% biodégradables ». À l’aide d’un mélange d’argile noire du japon appelée ketho, le pain racinaire de la plante est modelé puis enrobé de mousse et de ficelle de chanvre. « L’entretien n’est pas plus compliqué que pour une plante en pot. Seule contrainte : détacher la boule pour la tremper dans l’eau ». Avec une durée vie avoisinant les deux ans, « l’avantage du climat de la région » permet presque toutes les excentricités. Une folie artistique dans le respect du végétal qui apporte un « esprit zen et apaisant » aux intérieurs.

Tout en nourrissant l’envie de réaliser des installations artistiques, Christopher Bouancheaux va plus loin dans le concept et lance depuis peu une série de supports. Courant 2016, l’artiste alliera son savoir-faire avec l’ébéniste Thierry Dhuisme pour la création de pièces inédites mettant en valeur le kokedama.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.