Dans la vie de cet artiste marseillais, le destin semble avoir une place de choix. Si adolescent, Julien Raynaud s’est essayé au graff et a passé du temps à colorer les murs de la cité phocéenne, à l’époque il n’envisageait pas que cette activité deviendrai son métier. « Je voulais devenir tatoueur et c’est comme ça que je me suis mis au dessin ». Jusqu’au jour où une erreur de tracé a finalement inspiré les personnages cubiques qui ornent désormais avec aisance ses toiles colorées. « J’ai voulu dessiner une sculpture et j’ai raté mon croquis. En barrant la feuille, j’ai tracé une forme géométrique qui m’a plu et intrigué ». Le jeune homme garde en tête cette inspiration et finit par poser ses courbes sur une toile blanche. Le résultat a donné naissance à des personnages géométriques. « C’était un exutoire, une manière de m’exprimer mais je ne pensais pas les montrer et encore moins les exposer ». Pourtant, la vie avait un projet différent pour lui. En 2011, Julien s’envole à Los Angeles sur un coup de tête. Il quitte son métier, son appartement et c’est dans la cité des Anges qu’il rencontre par hasard un galeriste qui lui offre sa première exposition. « C’était assez dingue et totalement imprévu ». Aujourd’hui, il enchaîne les projets, les live painting et les accrochages en France comme à l’international. Avec pour fil conducteur les scènes du quotidien, des instants volés qu’il retranscrit sur papier, Julien Raynaus signe des œuvres universelles et joyeuses qui ne laissent personne indifférent.

www.julienraynaudart.com@julienraynaudart

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.