Dans les locaux du Centre AnimaNice Bon Voyage, j’assiste à une performance live de deux jeunes talents dont la personnalité et le sourire ont illuminé l’espace entier. Ibrahima est « Lil Kaline ». Dominique est « Talent Caché ». Sur scène, ils sont « Les Gavas de la Ville ». L’un danse et balance un flow des plus percutants. L’autre chante et pose sur ce monde un regard positif mais toujours réaliste.

 

A l’image de ce djembé qu’ils jouent à merveille et dont la cadence résonne comme la suite logique des battements de leur cœur d’artistes, ces deux gars ont, cette soirée-là, frappé très fort dans mon âme de producteur. Dans mon âme de rêveur. Car oui. Pour avancer dans cette vie artistique, il faut bel et bien rêver grand. C’est précisément pour cette raison que Les Gavas de la Ville ont quitté leur Guinée Conakry chérie. Direction : Nice. Mission : chanter, danser, écrire les premières pages de leur jeune carrière bien au-delà de leurs frontières.

 

Afin de poursuivre ce rêve qui anime Ibrahima et Dominique au point de traverser les continents qui font notre monde, il faut des gens comme vous. Des gens comme moi. Des gens à leur écoute et prêts à tout pour que la planète les accueille à bras ouverts.

 

Et pour se faire, j’ai décidé de les accompagner en sortant sur mon label leurs deux premiers singles porteurs de messages simples comme bonjour. Encore fallait-il oser et ils l’ont fait.

 

La France Va Bien. Ce N’est Pas De La Magie (C’est Le Travail Qui Paye).  Rendez-vous le 26 janvier 2019 pour découvrir les prémices soniques d’une carrière qui sera riche et belle pour Les Gavas de la Ville. J’en prends le pari. Et vous ?

 

 

www.dimeonworld.com@dimeoncafe

Texte : Medi

Photo : Charlotte Gamus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.