Pascal Pinaud

Dans une réinvention et une réappropriation permanente, Pascal Pinaud s’attache, depuis la fin des années 80, à sublimer la peinture. « Ce sujet, je le contourne constamment. Je pense qu’un seul médium ne me suffit pas. J’aime cette polyvalence constante », décrit l’artiste, avide de création. Depuis 26 ans, Pascal Pinaud apporte une réflexion profonde sur les techniques picturales. Diplômé de la Villa Arson, école supérieure d’art dans laquelle il transmet aujourd’hui son savoir, l’artiste prolifique n’a de cesse de décupler les mediums et le sujet comme une source inépuisable d’inspiration. Ses questionnements se subjuguent dans tous les corps de métiers et de savoir-faire artisanaux ou industriels : marqueterie, canevas, peinture de carrosserie, dessin assisté par ordinateur, sculpture, couture… La classique toile est oubliée pour laisser place au geste, au concept, à la mise en scène. Son travail, à la fois rétrospectif et introspectif, sera mis en lumière simultanément à l’Espace de l’Art Concret et à la Fondation Maeght cet hiver, puis au FRAC cet été. Une chance de plonger dans l’univers passionnant de cet artiste qui vit et travaille à Nice.

Rien ne prédestinait pourtant Pascal Pinaud au monde de l’art. « Je n’étais pas programmé pour faire des études en art », commente-t-il, jusqu’au jour où l’on « remarque une aptitude » qui déclenchera « le virus » grâce à l’enseignement de la Villa Arson : « Ça m’a ouvert les possibles ». Et c’est bien cette ouverture d’esprit qui façonne aujourd’hui son art. Eclectique, curieux, son acuité pour la peinture est source de problématiques dont il décortique le geste et son histoire jusqu’à créer en 1995 le logo PPP, alias Pascal Pinaud Peintre. Régulièrement exposé dans les institutions publiques ou privées en France comme à l’étranger, son œuvre protéiforme va de pair avec les émotions qu’elle suscite. A l’image de son créateur, ironique, sensible, nostalgique, opiniâtre et exigeant, les pièces s’éveillent aujourd’hui dans 34 séries : « Je n’ai pas envie d’enfoncer un clou qui a déjà été enfoncé ». Citons « les Tôles » peintures en laque automobile réalisées chez un carrossier, « Stères de bois », suite hyperréaliste et abstraite de photographies de stères jouant entre sculpture et photographie, les « Moulins à prières » aux milliers de bobines de ls colorés à l’image des mantras tibétains ou encore les « Semences », toiles sur lesquelles sont jetées et écrasées des mines de crayons de couleur…

Afin de mieux appréhender le travail de cet artiste plus que productif, l’Espace de l’Art Concret lui donne carte blanche du 10 décembre 2016 au 5 mars 2017. Jouant le rôle du commissaire d’exposition, Pascal Pinaud transformera les salles de la Galerie du Château en une succession d’espaces domestiques : de l’entrée au salon, en passant par la cuisine et la salle de bain, la suite parentale, la chambre d’enfant ou encore le bureau et l’atelier, « C’est à vous de voir… » désorientera le visiteur. Avec l’invitation faite à Alexandre Curtet, fondateur de Loft Interior Designers, l’aménagement des espaces se mêlera aux œuvres de Pascal Pinaud. Une mise en abîme dans l’habitat a n d’interroger la valeur d’usage des œuvres d’art. La promesse d’un concept novateur qui brise les lignes classiques mais qui est également l’objet d’une véritable introspection pour l’artiste.

En simultané à la Fondation Maeght, « Sempervivum » permettra de saisir les tenants et aboutissants du travail de Pinaud : « Les deux expositions vont se nourrir ». Le nom latin est choisi avec justesse : « Toujours vivant dans son sens premier, je lui préfère sa deuxième signification : plante vivace ». Car c’est un honneur que lui fait la fondation de lui consacrer une exposition. Tableaux, grands ensembles de dessins, sculptures, installations et néons seront exposés pour présenter la richesse de son travail à travers plusieurs séries : des Tôles aux Semences, en passant par les Diptyques, les Moulins à prières, les Patères, les Chocs, ou encore les Test’arts, la Suite berlinoise, les Écrans, les Stères, les Feux… L’exposition proposera également de découvrir des œuvres uniques comme l’Arbre à fèves, témoignant de la passion de l’artiste pour certains types de collections : un arbre monumental composé de 20 481 fèves de galettes des rois, porteuses de milliers d’ADN.

A l’été 2017, ce sera en n au tour du Frac PACA de laisser Pascal Pinaud investir les deux grands plateaux d’exposition avec une lecture originale de ses œuvres mais également de pièces issues de la collection du Frac et de collections publiques et privées. Encore en cours de réflexion, Pascal Pinaud projette de proposer un jeu de hauteur avec une vision différente sur deux niveaux d’installation. En somme, trois expositions immanquables à l’image de sa carrière artistique : un travail à 360 degrés.

 

www.pascalpinaud.org
“Sempervivum”- 10 décembre 2016 – 5 mars 2017 – Fondation Maeght – 623 chemin des Gardettes 06570 Saint-Paul de Vence
www.fondation-maeght.com
“C’est à vous de voir… ” – 10 décembre 2016 – 5 mars 2017 – Espace de l’Art Concret – centre d’art contemporain
Château de Mouans – 06370 Mouans-Sartoux
www.espacedelartconcret.fr
Pascal Pinaud – 1er juillet – 29 octobre 2017 – Au Plateau 1&2 – Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur – 20, bd de Dunkerque – 13002 Marseille www.fracpaca.org 

 

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.